• Depuis le début du mois, nous avons un filleul. Il s'appelle Panharith, il a treize ans, et est en 5eme. Il habite le banteay meanchay, au nord-ouest du Cambodge. Sa famille est pauvre et les revenus familiaux ne couvrent pas toutes les dépenses quotidiennes. Afin de pouvoir le soutenir dans la suite de ses études, sa famille a fait une demande de parrainage. 

    Nous avons la chance de pouvoir lui proposer ce soutien financier, et espérons le rencontrer en mars lors de notre séjour au centre d'EDM. Dans cette région, EDM a créé en 1997 un centre d'accueil, d'enseignement et de soutien scolaire. L'organisation et le soutien humain mis en place par EDM sont incroyables, et le directeur et fondateur de ce centre, Martin Maindiaux y œuvre et sert avec un dévouement et une énergie immenses.  

    Le Cambodge semble se relever, lentement de décennies de malheurs, mais a besoin de structures et de se construire.

    Nous nous préparons donc à passer deux semaines dans le centre de Sisophon, pour aider comme on le pourra, passer du temps avec les jeunes, écrire les lettres aux parrains  (sortes de "gazettes" qui donnent des nouvelles des familles parrainées), et rencontrer Panharith.

    Nous ne sous-estimons pas la difficulté et la peur d'être mis en face de la misère et peut être aussi d'un fatalisme sans doute très difficiles à comprendre pour des occidentaux. S'il y a quelque chose à comprendre, on comprendra peut être plus tard. En tous cas le besoin d'y aller, de partager et de faire confiance à ces jeunes est plus fort - l'éducation de ces enfants est essentielle - c'est à peu près notre seule conviction...

    L'enthousiasme de Martin est communicatif, à des milliers de km de distance. Si vous avez le temps, ou plutôt surtout si vous n'avez jamais le temps de lire, alors lisez sa biographie !! (François Foucart, "Martin, une vie d'humanitaire au Cambodge", éditions Arconce).

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Collecte de jeux

    Nous organisons une collecte de jeux de société destinée au centre scolaire d'Enfants du Mékong au Cambodge où nous allons passer 15 jours en mars.

    Dans ce centre sont scolarisés des enfants de 5 à 18 ans, parrainés ou pris en charge directement par le centre. Le jeu et les activités sont au coeur du projet pédagogique , et ils ont manifestement toujours besoin de jeux de société.

    Nous organisons donc une petite collecte autour de nous, afin de glaner ça et là des jeux en bon état que les grands enfants auraient décidé d'ignorer...

    Par exemple : mémory, cartes, 7 familles, mistigri, dominos, linx, awalé, mikado, pâte à modeler, dames de voyage, tangram, lotos...

    Egalement des petits jeux simples de lettre : les enfants apprennent le français et l'anglais. Nous devrons avoir fini le 20 décembre, faire un petit colis et l'expédier à Bangkok ou directement au centre. A voir selon les coûts.

    Tous ceux qui le souhaitent peuvent nous contacter, soit par un petit commentaire, soit sur notre mail de voyage famillevendeville@yahoo.fr

    Merci à tous,

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  J- 31

    Que fait-on chez les Vendeville en ce moment, à J-31, ou que fait-on dans une famille supposée normale qui part pour un périple de 7 mois?....

    et bien ma foi, on joue. On joue au jeu du serpent, vous connaissez, ce jeu qui fait avancer des petits pions à coup de dés, et qui au hasard du jeu vous fait avancer paisiblement, ou sauter des cases, reculer, passer votre tour, donner vos points à l'adversaire, tomber sur une mygale, redescendre l'échelle à 50 cases en arrière. Ce jeu où y'en a toujours un qui s'enerve un peu trop et qui envoie tout balader, alors que les autres partent en pleurant parce que eux, et ben ils étaient en train de gagner.

    Les joueurs sont : les opérateurs téléphonie mobile, les opérateurs de téléphonie fixe, l'entreprise de chauffage, la postière avec ses petits recommandés, le dépot-relais pour les chronoposts, la banque (qui n'arrête pas de tricher et joue avec deux dés) , le pôle emploi, la sécu, l'assureur, la mutuelle, et encore la banque qui a placé un autre joueur en embuscade.

    La partie donne en ce moment l'avantage à l'opérateur téléphonique fixe, qui refuse de livrer la livebox qui permet de profiter de l'offre globale mobile. Arrive juste derrière : le banquier qui bloque les transactions internet tant qu'il n'a pas le nouveau numéro de téléphone portable pour confirmer les transactions par SMS. Le grand manitou de cette embrouille est la petite dame du relais colis qui a subtilisé la livebox par un tour de passe-passe, la redonnant au transporteur qui avait du lui faire je ne sais quoi, et qui nous nous a renvoyés à la case départ.  

    Ensuite la petite dame du relais colis est quand même tombée sur la case Chacha qui lui a passé une vieille soufflante en criant à la déshumanisation de ce vaste monde.

    Entre temps la postière a été aussi neutralisée car s'est présentée dans une case déjç occupée par Chacha . Tant pis pour elle. 1 partout. RAR réceptionné.

    Le chauffagiste (qui a préparé la chaudière pour l'hiver mais qui l'a cassée en même temps) caracole juste devant nous mais est en bonne voie d'être sérieusement rattrapé et de prendre à son tour un bon coup de chaud.

    Avant de retomber à la case départ, nous avons passé notre tour à l'ambassade de Birmanie qui est très joueuse.  Un petit cache cache avant de récupérer les visas, et on espère que le prochain tour sera le bon.

    Pôle emploi, qui a sauté une case grâce à ses horaires d'ouverture pour chômeurs (on va pas lui reprocher) a cru marquer un point, mais Chacha a rusé, en se faisant passer pour une entreprise, s'est enfin fait envoyer les feuilles jaunes pour les licenciements des employés de la maison. Mais pôle emploi garde une botte secrete grâce à son système internet qui oblige à avoir un mot de passe, lequel doit être communiqué par mail, lequel doit être mis à jour dans le profil, lequel est lui même est verrouillé par le fameux mot de passe... il fallait y penser.

    Quelle partie, mes amis, quelle partie !!

    Et comme à la bonne paie, vous gagnez des cadeaux improbables. Chacha a choisi d'acheter 25 kg de patates, tout ça parce qu'un vendeur sympa s'est présenté à la porte mercredi, et que le frigo était vide (normal Chacha était en train de faire une partie de serpent au lieu de sacrifier à son devoir nourrissier).

    Du coup, on a 25 kg de patates dans la cuisine, soit 1 kg de patates par jour à peu près.

    N'importe quoi.

    à J-31, on fait n'importe quoi.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Après le thyphon, des news des filleuls des Philippines

    Il y a tout à faire, on peut se mobiliser, pour l'urgence ou dans la durée.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Carte de notre parcours

    Voir la carte de l'itinéraire 

    Feuille de Route                    
    Trajets date début date fin durée estimée sur place
    THAILANDE 30/12/2013 15/01/2014 15 jours
    BIRMANIE 15/01/2014 07/02/2014 22 jours
    THAILANDE 07/02/2014 01/03/2014 21 jours
    CAMBODGE 01/03/2014 30/03/2014 30 jours
    LAOS 30/03/2014 20/04/2014 21 jours

    VIETNAM 
    20/04/2014 03/05/2014 14 jours
    MALAISIE 03/05/2014 17/05/2014 14 jours
    SINGAPOUR  17/05/2014 25/05/2014 9 jours
    INDONESIE 25/05/2014 23/07/2014 60 jours
    Retour Lyon via Bangkok 25/07/2014    

      

    Départ en janvier 2014

    la feuille de route

    Le périple : Pendant 7 mois nous sillonerons l'Asie du sud est tous les cinq: la Birmanie, puis à priori dans l'ordre, Thailande, Cambodge, Vietnam ou Laos, Singapour, Malaysie, et Indonésie pendant 2 mois. Et aussi longtemps que les visas nous le permettront.

    Pourquoi cette destination ? On pourrait faire une liste à la Prévert... Pour voir la forêt tropicale avant qu'elle disparaisse, pour les singes et les éléphants, pour voyager légers et n'avoir besoin que de tongs, pour découvrir une culture qui nous est particulièrement inconnue, pour que les enfants voient l'Asie, ce nouveau centre de gravité d'aujourd'hui et de demain, et soient moins ignorants que nous de cette culture.... 

     

    Le budget :

    La dernière mise à jour de notre budget tourne autour de 40 000 € pour cinq personnes / 7 mois. C'est un maximum. Nous avons retiré hélas l'étape Nouvelle Zélande. Nous le regrettons, et allons étudier quand même l'hypothèse d'un billet pour Sydney. Pourquoi pas vers le mois de mai, après Singapour et avant l'Indonésie. C'est une option... qui se confirmera sur le moment, à la vue des dépenses réelles.

     Le climat :

    Nous avons essayé de penser le trajet aussi avec le climat : profiter d'une température encore supportable en Birmanie et au Cambodge. Peut être que la Thailande nous attirera au moment de la saison sèche. Normalement en allant vers le sud en Indonésie pendant l'été nous devrions éviter les pluies. Finir à la plage nous semble un bonne façon d'emporter un peu de douceur de vivre avant de rentrer. Mais tout cela pourra changer, nous souhaitons rester libres, dans la limite des visas et du budget bien sûr.

    Les vols : Tout est revu depuis que nous excluons la nouvelle zélande. Nos premiers devis avec Australie ou Nouvelle Zélande, intégrant des vols de capitale à capitale tournaient autour de 2000 à 2500 € par adulte, pour chacun des pays indiqués.

    Pour ce type de billets, l'agence Connaisseurs du Voyage, recommandée par le site Aventures du Bout du Monde, propose des billets combinés intéressants et souples. 

    Pas de billet zone : nous avons vite exclu le casse tête des billets oneworld ou Alliance, car ils ne se révèlent pas très appropriés dans notre cas. Sans la nouvelle Zélande, et après quelques recherches complémentaires, nous avons fait des estimations avec des vols low costs (Air Asia), et les prix s'avèrent nettement moins élevés. Nous épargnerons près d'un tiers du budget vols. Nous allons donc sans doute retenir la simple solution d'un AR vers la Birmanie, via la Thailande. Nous complèterons avec des vols low costs si certains transferts sont difficiles par la terre.

     Par la terre : tout le reste. En train, bus, et bateau. Nous regardons comment passer les frontières par la route. 

    A exclure manifestement : Thailande / Malaysie.

    Plus sportif mais sans danger : Thailande / Angkor. Pour le Cambodge Vietnam les distances et la route sont apparemment acceptables. Ho Chi Minh / Hanoi sont desservis par l'avion, et par le train. A noter également que Rangoon / Badang / Mandalay peut se faire en bateau (la "rando bateau" prend 6 jours)  

    Si tout peut encore bouger quant au parcours et aux visites, le budget prend quand même forme petit à petit, c'est un peu moins poétique que de réver à ce qu'on va voir, mais cela permet de commencer à donner une petite chance à tous nos rêves.

      

      

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire