• Meo Vac - le pays des Hmongs verts

    Le marché de Méo Vac, le dimanche. Ce marché attire les montagnards de toute la région. Dès le petit matin, les discussions s'animent autour du marché aux bestiaux. Les machines à coudre s'activent pour coudre des costumes : veste noire traditionnelle pour les hommes, broderies et soieries pour les femmes. Nous sommes ici au pays des Hmongs verts. Les femmes portent une dominante de vert dans leurs vêtements, mais en général, c'est très coloré. Le foulard multicolore est de mise. Les vieilles femmes portent des coiffes noires, colorées par endroit de vert, ainsi que dans les ceintures et les tabliers. 

    Vers le milieu de la matinée, les tables se remplissent et chacun s'assoit autour de bols de nouilles, soupes de sang, poisson séché. et bien sûr, autour aussi de l'alcool de riz ou de maïs, cultivé ici jusque dans les moindres recoins de terre arable.  Les hommes boivent, et rentrent complètement ivres en fin de journée. Nous avons croisé un petit garçon qui attendait son père qui s'était endormi dans un bord de chemin... pas très drôle tout ça.

    La vie est très dure ici, les gens sont pauvres, et cela se voit partout. Les Hmongs travaillent des terres jusque très haut dans la montagne. Autrefois ils faisaient pousser du pavot et pouvaient s'enrichir. Certaines maisons, dont l'auberge de Méo Vac, témoignent de leur richesse. Mais aujourd'hui, c'est de la monoculture, celle du maïs destiné à la production de tequila qui occupe tout l'espace. Ils cultivent leurs potagers, et ont aussi du bétail pour travailler la terre. Ils ont des porcs, des poules, et des chiens, mais certaines races de chiens finissent dans l'assiette... servis dans les "Bun Cho", restaurants de chiens rôtis...  

    On n'est pas très à l'aise face à toutes ces minorités ethniques qui nous attirent tellement, nous les occidentaux. Toutes ces populations aujourd'hui se cherchent un avenir ailleurs que dans l'assimilation avec la population dominante vietnamienne. Au Vietnam, leur résistance va souvent de pair avec leur refus du régime communiste ou la défense de leur religion. 

    Ici à Méo Vac, la minorité Hmong, et quelques Dzao rouges vivent selon leur mode de vie traditionnel, on peut dire que c'est authentique, mais ils sont très pauvres. Les jeunes ne font pas beaucoup d'étude, à l'âge de 15 ans les filles sont mariées et les garçons aident leur parents. Les villages sont nombreux, peu éloignés les uns des autres mais se trouvent en altitude ou dans des vallons perchés, et les communications sont difficiles.  On se demande comment il est possible, à la fois de respecter leur mode de vie, et en même temps de leur proposer une vie décente. Ils sont, paraît-il,  mieux traités ici qu'au Laos où les Hmongs sont franchement persécutés, et qu'en Thaïlande. L'activité touristique les enrichit, mais en même temps les dénature et les enferme dans la mono-économie de l'artisanat où ils vendent un peu leur âme en nous faisant porter des bonnets ou des ceintures qui ne représentent rien pour le touriste... Sapa en témoigne... La seule activité touristique qui nous ait semblé un peu plus respectueuse et un peu plus lucrative était les chambres et tables d'hôtes car cela affecte moins leur environnement, mais cela n'est possible qu'avec des associations qui les accompagne pour investir.

    Allez, quelques photos de ce marché haut en couleurs!

     

     

    les discussions pour l'achat du taureau...

     

    les soupes de sang...

     

     

     

    une peau de bébé léopard, ou peut-être un chat sauvage...

     

    essayage du bœuf avant achat !

     

    Meo Vac - le pays des Hmongs verts

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :