• Le déminage de la frontière

     Lors de la distribution des parrainages avec l’équipe de bénévoles d’Enfants du Mékong, nous nous sommes rendus dans un village frontalier de la Thaïlande au nord-est de Sisophon. C’est un endroit désertique à la saison sèche et très très chaud.

     

    Le déminage de la frontière

    Le déminage de la frontière

     

     Cette région, le Banteay Manchey est la région la plus pauvre du Cambodge, la plus minée, et celle qui est sortie le plus récemment de la guerre, en 1998 seulement. Car c’est là que les khmers rouges sont restés le plus longtemps et  malheureusement, qu’il y a aussi beaucoup de mines anti-personnel occidentales fournies aux Khmers rouges durant les années 80.

     

    Le long de la grande route défoncée qui relie Sisophon à une petite ville nommé Banteay Chmar, il y a des kilomètres de champs secs, brulés, et parfois minés plus on s’approche de la frontière. Une association américaine (bizarrement, les américains ont fournis des mines et de l’argent pour les armées Khmers rouge), the HALO trust, s’occupe de déminer les champs, entre 10 et 15 kilomètres autour de la frontière.

     

    Le déminage de la frontière

    Le déminage de la frontière

    Le déminage de la frontière

     

    Ces champs étaient utilisés par les agriculteurs de la région depuis plus de 10 ans. Ils travaillaient sur des terrains minés sans le savoir ! Nous nous sommes arrêtés près d’une équipe de démineurs qui se reposaient à l’ombre. Ils quadrillent à pied  des champs entier avec des détecteurs à la recherche de mines anti-personnel. Ils portent un équipement complet : chaussures de sécurité, pantalon renforcés, gilets pare-balles et casque en plexiglass, tout ça par 40 degrés.

     

    Le déminage de la frontière

     

     

    Le déminage de la frontière

     

    Quand ils ont repéré une mine, ils délimitent une zone de 50 centimètres autour d’elle, pose des explosifs à côté, s’éloignent un peu et font tout sauter, puis ils continuent. Les démineurs balisent les terrains déminés par des petits piquets avec une marque rouge à la base. Les terrains miné, ou en cour de déminage sont signalé par des gros piquets rouges et blancs.

     

     

     

    Le déminage de la frontière

      

      

    Une fois partis, ils installent des bornes de béton portant le sigle de l’association. Les habitants peuvent reprendre leurs cultures sans aucuns risques d’accident.

     

    Le déminage de la frontière

     

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :