• la grande fête de Gawai

    En ce moment, les Dayaks du Sarawak célèbre la fête de Gawai, une fête familiale presque aussi importante que Noël. Les famille ses rassemblent dans leur "longhouse", venant de très loin s'il le faut. Pendant trois jours, ils ouvrent leurs portes, offrant repas, vin de riz, spectacles, chansons aux visiteurs et aux étrangers.

    Nous sommes allés à leur rencontre, craignant un peu  de tomber dans des démonstrations pour touristes. Et bien s'il y a un peu cela dans certaines longhouses, cela garde un caractère très accueillant. Les étrangers et les touristes qui vont là bas doivent accepter d'y aller pour discuter, pour rencontrer les hôtes qui vous invitent à manger, à danser et à entrer dans la longhouse.

    Ces minorités sont très intégrées et font vivre leur tradition avec beaucoup de bonheur. S'ils ont changé de mode de vie, pour les Dayaks la longhouse reste un référentiel très fort pour l'unité de la famille, les anciens veillent à ce que les jeunes portent le costume traditionnel pour les célébrations et apprennent la danse. Ils prennent ce rôle avec beaucoup de sérieux et de joie.

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    Nous avons rencontré une famille "Bidahyu", une minorité dayak de l'ouest de l'île. Cette famille est très accueillante et nous avons bien discuté. Arzhealza est jeune médecin. Elle parle français et nous raconte avec joie son amour des macarons de chez Ladurée. Elle est contente de nous parler un peu français. Sa mère vit entre Dubai et Miri, une autre ville du Sarawak. Sa tante vit à Kuching et son oncle à Kuala Lumpur, sa cousine revient de quatre années d'études en Nouvelle-Zélande. Ils sont trente de la famille à être rassemblés dans la longhouse pour les trois jours de Gawai. Les étrangers et les malaisiens qui passent devant chez eux s'arrêtent en souhaitant un "happy Gawai" et en partageant une assiette ou un verre de vin.

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    regardez bien, il y a une piastre française dans la ceinture!

     

    Nous en profitons pour poser quelques questions, notamment sur la terrible mise à mort traditionnelle du cochon à l'aide d'un pieu en bambou. "C'est l'esprit de Gawai !" , répondent-ils ! Heureusement qu'ils ont quand même abandonné l'esprit des têtes coupées....

    la grande fête de Gawai

    Ils nous expliquent quelle est cette origine des longhouse : certaines familles peuvent avoir choisi de s'installer dans une maison longue, ou de la fabriquer petit à petit pour habiter proches les uns des autres. C'est donc par souci de solidarité qu'ils habitent côte à côte dans des appartements mitoyens. A l'origine une longhouse est donc habitée par des membres d'une même famille. La longhouse peut s'agrandir indéfiniment si d'autres membres de la famille souhaitent s'y installer. Chez les Bidahyu, il y a parfois 16 portes! Ces derniers n'hésitent pas à construire des passerelles sur les cotés, construisant à la fin un véritable dédale de maisons sur pilotis.

    Quant à la musique entêtante que jouent les femmes sur les gongs, c'est la musique rituelle jouée pour les hommes qui rentrent de la chasse les bras chargés de bonnes choses à manger au bout des piques, et si possible d'une tête (avec laquelle ils pourront prétendre demander la main de leur dulcinée...)

     

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    la grande fête de Gawai

    et les têtes !

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :