• Bali, c'est fini

    Bali c’est fini ?

    Nous sommes à Bali… pour l’instant.

    Dans un accès d’agacement, coincée entre une moto et le trottoir, dans un brouhaha d’enfer, je me suis entendue dire aux enfants « Bali, c’est fini, Bali c’était il y a trente ans, il y a peut-être eu un petit paradis ici avant, mais maintenant, circulons, il n’y a plus rien à voir ».

    Bon, c’est un peu définitif.

    Remontons à quelques clichés, qui n’engagent que ceux qui y croient : imaginons Bali, peuplé d’artistes avec des fleurs dans les cheveux, des jardins tropicaux, des rizières, des volcans, des maisons en bois, des lits à baldaquin, des portes ajourées, des petits singes sacrés, des encens, des tableaux art déco, une pluie tropicale, des danseuses parées, des temples abritant des dragons…

    Aujourd’hui, les artistes sont devenus pizzaioli, les rizières sont coincées au bord d’une route et il faut payer pour avoir le droit de les voir, les monstres des temples ont fui devant les marchandes de fringues, les maisons sont décorées chez pier import, les portes ajourées sont faites à la va-vite et ne ferment pas, les singes sacrés ont suivi la société de consommation et vous mordent s’ils n’ont pas à manger… Et le volcan ? Il dort, et ferait bien se réveiller pour raser tout ça !

    Pour être honnête, je suis prête à accuser le tourisme, à nous accuser même, et à m’en aller très vite si cela pouvait changer les choses. Je devrais aussi avouer que nous n’avons vu qu’Ubud, car on nous a déconseillé d’essayer les plages… Je parle donc un peu vite, sans doute…

    Pour les plus doués, plus imaginatifs, ou pour les patrons de spa ou de restaurants, Bali n’est peut-être pas encore fini...

    Quant à nous, nous finissons après-demain une dizaine de jours à Ubud, essentiellement consacrés à faire les devoirs et à boucler l’année scolaire. Quand même, il faut reconnaître que la retraite est douce, la lumière du matin pleine de promesses, les bruits de la nuit sont encore là , les petits jecos et les crapauds chantent encore, indifférents au drame consumériste qui se joue autour. Quelques vieux partent encore dans les rizières de bon matin, les outils à l’épaule, reviennent le soir les pieds gris de boue séchée après avoir repiqué les semis.

    Devant notre hôtel se construit une villa avec une piscine, comme dans toutes les rizières que compte encore Ubud. Un mur va bientôt isoler la maison du petit vieux et la rizière sera coupée en deux. Un jour, sa maison sera démontée, son cabanon en bambou ne résistera pas longtemps. Et lorsqu’il ne sera plus, oh oui , alors il sera, avec les autres anciens, honoré d’encens et de ces fleurs de frangipanier délicatement disposées dans des coupelles de palmes tressées à la porte des enclos familiaux.

    On ne respire plus ici que grâce à son imagination : quelques touristes évaporés espèrent encore trouver de l’authentique, parcourant les routes en achetant des vêtements et des statuettes, et les balinais espèrent s’enrichir encore plus vite. Mais c’est la fuite en avant. Les plus heureux ou les plus honnêtes ici sont sans doute ceux qui se contentent du soleil et de la mer, ne cherchant pas à singer ou trahir la culture balinaise.

     

    ... pour afficher les photos en grand format dans une nouvelle fenêtre

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Anne soupa
    Mercredi 25 Juin 2014 à 11:13
    Et vous partez pour où? Bises, Mam
    2
    mamiemo
    Mercredi 25 Juin 2014 à 11:31

    je lis et relis ta description, Charlotte, de Bali il doit être difficile pour toi d'accepter que la finance et l'envie d'avoir plus abîment ces lieux qui nous ont été décrit comme un paradis cependant vous avez vu des lieux magnifiques comme la soufrière et des rencontres qui sont extraordinaire je suis certaine que tu auras estompé ces souvenirs de bruits de pétarade de bousculade je souhaite vraiment que vous retrouviez un coin calme et paradisiaque où les habitants vous accueillent avec le sourire. Je vous embrasse tous cinq et vous souhaite une bonne fin de parcours Mamiemo

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Arbaudie marion
    Lundi 30 Juin 2014 à 22:07

    Les paysages sont beaux, mais vos enfants encore plus! 

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :