• au marché de Kalaw j'ai vu,

    Ambroise :

    "Au marché de Kalaw, au marché de Nuang’oo, j’ai vu,

    Des poissons secs, et des poissons coupés,

    des montagnes de thé, des bananes à gogo.

    Des cacahuètes, des poulets morts et des poulets vivants,

    des oranges, des noix de coco,  des noix de béthel

    et des patates.

     Des murs de bananes vertes,

    Des boeufs, des oeufs,

    Du feu de bois,

    Des haricots grands comme le bras de papa"

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

      

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

     

     

     

     

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

     

     

     

    Léopoldine :

    J’ai vu des haricots, Il y en avait des plats, des ptits, des gros, ma foi,

    De l’oignon et de l’ail

     Mes pauvres yeux aïe aïe aïe,

    et du poisson séché

    Fallait se boucher l’nez

    De la noix de Béthel 

    À chiquer avec zèle 

    Crachez quand c’est fini 

    Messieurs vraiment merci 

    De la viande suspendue

    Froide, saignante et crue

    Que tout le monde touchait

    Ça faisait pas très frais

     

     Y'avait des noix d'coco

     Des marchands de chapeaux

    Et puis plein de poireaux

    Aussi grands que mon dos

    Des vendeurs de tomates

    Et puis des grosse patates

    Des montagnes de thé.

    La marchande de carottes,

    à gauche des échalotes

     endormie , épuisée,

     de vendre sur le marché.

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    chacha :

    des piments pour rester en forme,

    des fleurs pour offrir à Boudha,

    de la nougatine, du paté de poisson,

    des sourires, des petits birmans qui ralotent ou jouent dans les chou-fleurs,  

    en attendant que maman ait fini,

    des épices colorées, des outils d'autrefois,

    des parfums qu'on retient, d'autres qu'on évite,

    Après ce festival, de lumières et couleurs,

    on ne va plus jamais,

    au marché de Pas d'i pas d'o.

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    au marché de Kalaw j'ai vu,

    et du riz, encore du riz, toujours du riz...

    au marché de Kalaw j'ai vu,

     et plus y'a de riz, moins on rit

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Alexandra.M
    Dimanche 2 Février 2014 à 16:19

    C'est que y en a des choses dans se marché !!!  L'odeur de la viande devait donner envie de vomir ! 

    Gros bisous Alex

    2
    Lundi 3 Février 2014 à 12:52
    3
    Lundi 3 Février 2014 à 12:55

    Clara vous dit : "C'est que ça donne envie d'y aller, là où vous êtes !!!!!!!!" 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :